24èmes RENCONTRES LITTÉRAIRES
DANS LE JARDIN DES PRÉBENDES, À TOURS

Vendredi 26 août 2022, de 17 h 30 à 19 h

 

Spectacle de poésie : « Guerre et paix »

Peinture à la cire de Catherine Réault-Crosnier, illustrant le spectacle de poésie sur Guerre et paix.

 

Présentation de la « rencontre »

 

De François Villon qui a frôlé la pendaison puis a été réhabilité vers la fin de sa vie par le roi Louis XI, à Agrippa d’Aubigné combattant farouche, de Jean de la Fontaine qui nous emporte près du lion s’en allant en guerre à André Chenier qui voudrait s’envoler avec les oiseaux mais qui est mort sur l’échafaud, nous côtoierons mille et une situations nous montrant qu’il n’est pas facile d’éviter les rancœurs et les guerres. Plus loin, Béranger nous surprendra dans son poème l’hirondelle et le prisonnier.

Victor Hugo nous étonnera car il fait revivre son père et il nous montre son respect et son charisme envers un adversaire à terre.

(…) Et dit : « Tiens, donne à boire à ce pauvre blessé. »
Tout à coup, au moment où le housard baissé
Se penchait vers lui, l’homme, une espèce de maure,
Saisit un pistolet qu’il étreignait encore,
Et vise au front mon père en criant: « Caramba ! »
Le coup passa si près que le chapeau tomba
Et que le cheval fit un écart en arrière.
« Donne-lui tout de même à boire », dit mon père.

Plus près de nous, Émile Verhaeren belge de langue française, a souligné la cruauté des guerres dont celle de 1914 et Max Elskamp, poète symboliste belge, a fait sienne une langue en mutation dont le sens est à décoder comme dans son livre Enluminures :

(…) et paille aux bêtes, lits aux gens
de douceur et de pansement, (…)

Nous irons près de la dureté de la vie de soldats dans les tranchées en 1914, 1915, avec Guillaume Apollinaire qui n’oublie pas sa bien-aimée, Lou.

Les poètes ne restent jamais indifférents devant les guerres. Leurs poèmes prouvent leur engagement. À notre tour, soyons des passeurs de mémoire et accueillons les messagers de paix.

 

Catherine RÉAULT-CROSNIER